Screenshot-59

Le bleu te va bien.

Derek : Mais tout me va voyons.

La modestie.

Screenshot-60

Inès : RAAH J'AI MAL PUTAIN DE SA MERE LE CORNICHON !!

Langage s'il te plaît.

Inès : JE M'EN BAT LES COJONES DE TON LANGAGE AMENES MOI A L'HOPITAL !!

Oui oui c'est bon, pas la peine de crier...

Screenshot-61

Voici donc Maggie...

Screenshot-62

Et Hailey ! Elles sont toutes mignonnes.

Quelque chose ne va pas ?

Derek : C'est Hailey.

Elle a l'air bien, qu'est-ce qu'il se passe ?

Inès : Elle a développé la maladie de grand-mère. Le médecin nous a expliqué que tout les Granger portaient la maladie mais qu'ils ne la développeraient pas tous. Pourquoi tout ces malheurs tombent sur notre famille ?

...

Screenshot-63

Pauvre Inès...

Screenshot-9

Encore en train de faire la cuisine ?

Inès : J'améliore ma compétence pour le boulot et en plus ça me change les idées.

Screenshot-10

Qu'est-ce qu'il se passe ?

Derek : Lilith a prit sa retraite.

COMMENT ÇA ELLE A PRIT SA RETRAITE ? ET LES SOUS ALORS ?!

Screenshot-11

Tu milites pour les droits des Yétis ?

Inès : Oui, on en parle pas assez. Il faut sensibiliser les gens à cette cause.

Si tu veux sensibiliser les gens, commence par militer dans la rue.

Screenshot-12

Derek : Elle est si fragile... Elle ne mérite pas ça.

Screenshot-13

Mais qu'est-ce que vous avez fichu avec les bébés ? 

Vous êtes affligeants.

Screenshot-14

Tiens, c'est déjà l'anniversaire d'Oliver !

Screenshot-15

Louchage de qualité.

Screenshot-16

Eh mais t'es tout beau avec tes cheveux longs !

Oliver : Merci !

Screenshot-17

C'est le grand jour !

Inès : Oui...

Qu'est-ce qu'il se passe ?

Inès : Tout ça me stresse.

Ça va aller ! C'est ta journée aujourd'hui !

Screenshot-19

Lilith : Pour une fois Sarah a raison. Amuses-toi et oublies tout nos problèmes le temps d'une journée. Regardes-toi ma chérie. Tu es magnifique. Je suis tellement fière de toi. Et je sais que si ton père était là, il dirait la même chose.

Je crois qu'il serait encore en train de pleurer.

Screenshot-20

Inès : Papa est là. Je le sens. Il l'a toujours été.